Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 22:32
A moins de deux semaines du départ, me voici de retour à Dibden pour ce que CTC appelle le "Development Day".

Le Development Day est avant tout l'occasion de nous rencontrer entre camarades de promo'.

Alors que Tom, un des cadets de la 77, est venu me récupérer à l'aéroport de Southampton la veille, j'ai pu ainsi faire connaissance avec les trois autres personnes qui partageront la plupart de mon temps lors des deux années à venir, j'ai nommé Greg, Richard et David.
 C'est dit, nous serons cinq à débarquer à Peachgrove début septembre pour tenter de faire de nos rêves une réalité.  

Une fois les premières présentations faites, nous nous installons autour d'une table et poursuivons sur le même thème à l'aide de ballons de baudruche (je n'en dis volontairement pas plus pour laisser la surprise aux suivants, c'est assez drôle ). 
Vient alors une projection vidéo ainsi qu'une discussion sur ce qu'est CTC, sur les rumeurs qui tournent autour etc... Le tout est relativement intéressant même si ça ne sera pas d'une très grande utilité à court terme.

L'heure du déjeuner arrive assez rapidement après avoir essayé différentes tailles d'uniformes et la journée se poursuit par une présentation, toujours sous forme interactive, des différentes "méthodes" d'apprentissage, ainsi que par un premier travail sur le CRM (Crew Ressource Management). Je ne rentrerais, une nouvelle fois, pas dans les détails pour laisser un peu de suspens.

Vers la fin d'après-midi, nous avons le droit a un détail sur la formation CTC Wings Cadet, sur ce qui nous attend (hébergement, rythme etc..) ainsi qu'à une rencontre avec d'"anciens" cadets de retour de Nouvelle-Zélande, venus renouveler leur IR (Instrument Rating). 

Le tout se finit par une présentation aux familles et un très bon repas tous ensemble, où j'ai eu l'occasion de poursuivre mes questions et discussions avec les cadets venant de finir leur AQC (Airline Qualification Course). 

Il est maintenant temps pour moi, après ce volontaire bref résumé, d'aller me coucher.
Demain, lever 5h et vol retour vers Paris... vivement le vrai grand départ !




Repost 0
Published by Pierre - dans Avant le depart
commenter cet article
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 18:03

Maintenant que j'en ai presque fini de la paperasserie liée à mon départ en Nouvelle-Zélande, c'est l'occasion de me tourner de nouveau vers mes loisirs aéronautique habituels.

Il faut dire que pour un aspirant pilote, qu'il souhaite s'orienter vers la ligne ou vers la chasse, les activités touchant à cette passion du vol sont nombreuses. De la visite de musée au vol moteur, en passant par l'aéromodélisme et le spotting, on n'a guère que l'embarra du choix !

Pour ma part, cette première semaine de vraies vacances arrive en même temps que la 48ème édition du Salon International du Bourget - Paris Air Show disent nos voisins anglais -. Avant d'aller m'en mettre plein la vue et du fait d'une météo peu clémente ce lundi, je décide de réaliser successivement deux vols "baptêmes" avec des amis de l'ESTACA.

C'était au départ une simple idée de cadeau d'anniversaire qui devait être réalisée avec deux avions, l'un piloté par Laurent, l'autre par moi-même, emmenant dans les airs nos deux camarades ainsi que deux de leurs amis. Malheureusement, les contraintes de disponibilité ont fait que j'ai dû réaliser moi-même les deux vols et ce, durant la même journée.

Rendez-vous pris pour mercredi 11h à l'Aéroclub Air France de Toussus-le-Noble.
J'arrive un peu en avance pour préparer l'avion et la nav'. L'avion sort tout juste de mécanique et il est temps pour moi de jouer des masses et centrages -il me faut tenir compte du fait que le second vol sera un vol à quatre et non plus à trois.
Après discussion avec mon "ex-"instructeur sur les destinations sympatiques à moins d'une heure de vol, nous irons vers Fontenay-Trésigny et seuls les pleins partiels seront effectués.

Mes premiers passagers arrivent et avec ce soleil radieux, nous nous envolons au plus vite.
Verticale RBT, La Ferté-Alais puis Melun, nous finissons par intégrer la vent arrière piste 12 à 1200ft.
Le vent est relativement faible et l'atterrissage se fait sans encombre. Un kiss comme on dit .

Jusqu'à présent, je crois que tout le monde est satisfait et je leur réserve une petite surprise. En effet, si certains d'entre vous ont déjà posé leurs roues sur le terrain de Fontenay, vous devez savoir qu'un magnifique Bréguet Deux-Ponts transformé en restaurant se situe juste à côté de la piste. 


Une fois le déjeuner pris sur le pont supérieur, nous regagnons l'avion, chassons tant bien que mal deux taons et redécollons dans la foulée vers notre terrain de rattachement.

Il est maintenant 16h30 et mes premiers passagers sont repartis le sourire aux lèvres et, je l'espère, avec une véritable envie de s'y mettre ! J'ai également fait quelques calculs et on rajoutera 40 litres pour le second vol de la journée qui nous mènera à Rouen Val de Seine.

Cette fois-ci, je ne serais pas la seul pilote breveté à bord et ça sera pour moi l'occasion de me "décharger" un peu, la fatigue commençant à se faire sentir.
Alignement en piste 25L... pleins gaz, puissance disponible "2450tr/min", badin "actif" ... "on poursuit" ... 65kt, "rotation".
Le Cessna 172R s'arrache du sol un peu plus difficilement que lors du premier vol - et pour cause, nous sommes quatre et la température avoisine les 24°C - mais finalement j'annonce "vario positif, l'alti' confirme, on freine".
Laurent se charge de la "navigation", moi du reste. 54 minutes plus tard, nous voici posé à Rouen.

Le bar est fermé mais heureusement le distributeur n'est pas en panne. C'est assez étrange, dans ce terminal on se croirait seul au milieu de nulle-part. Certes il y a bien la femme de ménage mais tout le reste est vide. Personne aux comptoirs, aucune activité dans le terminal, les sièges vides, c'est un peu glauque.

Un peu moins d'une heure plus tard, nous repartons sur Toussus en ayant pris soin de placer Laetitia en place droite. C'est pour son anniversaire après tout !
Tandis qu'un jet vient de se poser pour repartir immédiatement vers Laval, je m'empresse de rouler au point d'arrêt de la piste 22 pour un décollage immédiat. Le Citation nous suit de très près et je libère l'axe en passant 300ft sol.


Après avoir croisé les axes d'Evreux, je confie délicatement les commandes à ma nouvelle copilote. "Regarde dehors, maintien l'écart entre l'horizon et le capot moteur, voilà, très bien". Elle s'en sort plutôt très bien en conservant l'altitude et le cap jusqu'aux étangs de Hollande.

Le trafic étant un peu plus chargé à l'arrivée, je reprends complètement la main. 
Une fois au parking, il est temps de nettoyer l'avion, de remplir l'ensemble des papiers et de faire route sur Paris. De nouveau, mes passagers repartent avec un grand sourire. Mission accomplie.



Cette journée me conforte encore dans la volonté de faire de ce loisir une profession. Un peu plus de 3h de vol en tout avec un rythme assez soutenu - par moment j'avais un peu l'impression de faire du taxi aérien ^^ - et une seule envie: celle de recommencer au plus vite.

J'ai par ailleurs beaucoup apprécié ces moments de "lâcher des commandes" au profit de mon voisin - ou ma voisine - de droite et je pense qu'une fois en ligne et si j'en ai les moyens, j'apprécierais de faire un peu d'instruction. C'est un peu comme le fait d'être moniteur de plongée, on a vraiment envie de faire partager un peu plus son activité et rien ne vaut un sourire ravi en fin de séance. Il paraîtrait qu'en plus je suis assez pédagogue ...

Repost 0
Published by Pierre - dans Avant le depart
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 01:01
Voila un mois maintenant que ce blog est en ligne et les choses continuent à bien avancer.

Aujourd'hui, je reviens tout juste de deux jours chez les "british" avec au programme le passage de la classe 1.

Après avoir atterri à Heathrow ce lundi 18 mai au soir, j'emprunte de suite le "national express" vers Gatwick. Environ 2h plus tard, je me retrouve à mon hotel, le ventre plein et prêt pour la journee chargée du lendemain.

Reveillé à 8h, je finis de me préparer, rends les clés de ma chambre et file en taxi vers l'"Aviation House" de la Civil Aviation Authority, équivalente anglaise de la DGAC.
On sent dès l'arrivée que nous sommes au siège d'une haute autorité administrative: contrôle des passages, étiquetage des sacs et remise de badges. Sur le mien il est écrit: " MEDICAL 0930 ".
Je dois donc me rendre dans l'aile médicale pour mon rendez-vous de 9h30.

Après une petite demi-heure d'attente - j'avais de l'avance - je remets les formulaires remplis au préalable et suis convoqué pour le premier examen, direction les tests ophtalmo'.
De la lecture de lettre, à la mesure de pression oculaire, le "check up" est vraiment complet et il semble que tout ne se passe pas exactement comme souhaité.
Je dois mettre des gouttes et revenir plus tard.

A partir de là, ça se complique un peu car ma vision se trouble - en effet, ne pouvant plus accomoder et ayant de l'hypermétropie, je vois flou.
Plutôt que de patienter à ne rien faire, on vient me chercher pour la suite des tests.
Prélèvement d'urine, test auditif, test sur le souffle (poumons), ECG, prélèvement sanguin au bout du doigt et un dernier test de vision sont au programme.
On a pas vraiment la sensation d'attendre et les medecins sont agréables et discutent avec moi de CTC, de la Nouvelle-Zélande, de ma passion pour l'aéro etc...
Je poursuis par la suite du test ophtalmo'. Soulagement, ça passe à ce niveau et le port des lunettes ne m'est pour le moment pas imposé !

Pour finir, un troisième medecin me fait l'équivalent d'une inspection classique - comme lorsque vous allez chez le medecin généraliste et qu'il vous fait vous asseoir, vous lever, vous rasseoir, le tout en vous oscultant de tous les côtés.

Il vérifie enfin l'ensemble des tests effectués dans la matinée et me remet le fameux papier tant attendu. Je suis à présent reconnu médicalement apte à l'exercice du metier de pilote de ligne pour l'année à venir.

12h30. Comme prévu, il est maintenant temps que je rentre à Paris. Il y a une navette gratuite à la sortie de l'"Aviation House" qui m'amène directement au Terminal Sud de Gatwick d'où je prends mon premier vol de la journee vers Nice. Malgré de grosses difficultés a lire ma carte d'embarquement - et pour cause, je vois encore tout flou ! - j'embarque sur le vol easyJet de 14h20.
Lorsque j'aperçois au point d'arret un 747-400 Virgin, un 777 Emirates et un 319 easyJet, je ne peux m'empêcher de rêver de mon avenir ...

22h30, j'arrive enfin chez moi, fatigué, après avoir pris le vol "La navette Air France" entre Nice et Orly.
Fatigué certes, mais satisfait.

J'ai par ailleurs reçu le formulaire de "basic disclosure" et il ne me reste plus grand chose à faire avant de venir enfin à bout de cette do-list !

Repost 0
Published by Pierre - dans Avant le depart
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 22:01
Il n'y a pas si longtemps, dans un endroit proche, vraiment très proche...

A l'heure où certains préparent les oraux de l'ENAC, où d'autres prennent les commandes de leur premier avion de ligne, je m'en viens vous donner des nouvelles du front....


J'ai reçu l'"offer pack" peu de temps après avoir écrit le précédent article de ce blog et bien qu'on m'ait prevenu, je pense que je ne m'attendais pas à tant de chose à faire.
Classe 1, Visa, Financement, Assurance, Training Agreement, Planning prévisionnel, que de papiers !

Aujourd'hui, les choses évoluent plutôt bien même si Daphne, la responsable de l'administration des pilotes, est en congés.

Je suis attendu le 19 mai a Gatwick afin de passer l'examen medical de Classe 1 - le fameux sésame bien connu qui permet à n'importe quel pilote professionnel d'exercer son métier, car reconnu comme étant médicalement apte. En cas d'échec, l'aventure européenne s'arrêtera là pour moi.

Cette visite chez nos amis "british" sera aussi l'occasion d'un petit periple en avion: Paris CDG - Londres Heathrow à l'aller et Londres Gatwick - Nice - Paris Orly au retour. C'est curieusement ce qu'il y a de moins cher ...

Pour le reste, mon passeport est arrivé à la prefecture, j'ai eu une premiere proposition intéressante de ma banque pour le pret et j'examine actuellement les devis des différentes assurances comme l'Assurance de Prevoyance du Personnel Naviguant. Si d'ailleurs certains parmi vous connaissent des assurances qui couvrent la perte et les dommages sur les effets personnels, je suis preneur .

J'en profite aussi pour souhaiter un "grand merde" - même si tout est maintenant joué et que cela semble plutôt bien parti- à Laurent, camarade de promo à l'ESTACA et Steve pour les sélections CTC Wings Cadets dont ils devraient recevoir les résultats d'ici demain. Deux ou trois français dans la même promo, je crois que ça serait du jamais vu .

Bons vols à tous et à bientôt pour l'épisode 2 avec, je l'espère, d'autres bonnes nouvelles !

PS: Pour celles et ceux qui se demanderaient à quel moment je publierais une version anglaise, j'ai prévu de commencer à écrire mes articles en anglais dès lors que j'arriverais en Nouvelle-Zélande... logique non ? 


 
Repost 0
Published by Pierre - dans Avant le depart
commenter cet article
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 22:43
Depuis quinze jours maintenant que j'ai réussi les sélections CTC Wings, peu de choses ont changé.
J'attends toujours l'"offer pack" qui contient toutes les informations sur ce que je vais avoir à faire avant mon départ - peut-être arrivera-t-il demain ? Heureusement, cela m'a laissé le temps de faire renouveler mon passeport.

Aujourd'hui, j'ai donc profité d'un temps clément pour faire l'aller-retour Toussus-Cannes en passager, moyen de patienter en attendant le départ mais aussi d'assister au salon Eur-avia 2009 avec deux amis d'aéroclub: Seb', le CdB et J-B.
Ce salon rassemble les plus grands avionneurs et un certain nombre de belles machines sont présentes.

2h20 à l'aller, 2h30 au retour, on peut dire que les performances du SR22 G3 G1000 sont plus que confortables malgré le trafic très important à l'arrivée et au départ de Cannes.

Sympa aussi le VFR on top au retour, surtout lorsqu'on a commencé à se demander si on allait finir par trouver le trou prévu à l'arrivée alors que Paris Contrôle espère nous voir libérer le FL115 au plus tôt !

Posé aux alentours de 19h30, c'est une journée très agréable qui vient de se terminer et qui me conforte encore plus dans le souhait de faire de ce loisir un métier !

Voici quelques photos realisées à partir de mon iPhone (désolé pour la qualité) pour agrémenter un peu le tout. Cliquez dessus pour agrandir :-). Pour la photo 4, c'est le cockpit d'un Cessna Caravan exposé.









Repost 0
Published by Pierre - dans Avant le depart
commenter cet article
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 21:48
Puisque je suppose qu’un certain nombre d’entre vous se pose la question : “Comment se déroulent les sélections des apprentis pilotes ?”. Je vais essayer d'en faire un bref résumé:

--- Phase 1 ---
La première phase consiste à remplir un dossier sur internet. Rien d’exceptionnel, on demande ici des details sur le parcours scolaire, les expériences aéronautiques et professionnelles.

La réponse arrive par mail très rapidement (dans mon cas, ce fût le lendemain matin). Si vous remplissez les conditions requises, CTC vous propose de choisir parmi plusieurs dates pour votre phase 2/3. Attention, la date la plus lointaine est seulement quinze jours plus tard !

--- Phase 2 et 3 ---
Vient ensuite la premier voyage chez les British, à Dibden.
Arrivé la veille par avion à Southampton, j’en ai profité pour faire connaissance avec un des autres francais qui passait les selections en même temps que moi. Après avoir lutté pour trouver son hôtel et avec un big mac dans le ventre, je prends le taxi pour “Dibden Manor” (je conseille d’ailleurs, s’il y a des chambres de libre, de dormir sur place, 45GBP pour la nuit et le petit dej’, et surtout, pas besoin de dépendre des transports le matin des sélec’).

08h15, rendez-vous dans la salle d’attente. Je retrouve le francais de la veille et decouvre qu’on est quatre froggies à participer aujourd’hui ! Je decide néanmoins de poursuivre mes discussions avec les candidats locaux. Un bon moyen de s’habituer à l’accent mais aussi de rencontrer des gens avec des profils tant différents qu’intéressants.


Après une présentation d’un peu plus d’une heure sur CTC, le programme CTC Wings Cadet et le déroulement de la sélection, nous sommes separés en deux groupes.

Le premier commencera par le test de maths et le PILAPT (Pilot Aptitude, tests psychomoteurs et psychotechniques sur ordinateur) tandis que l’autre effectuera les exercices de groupe. Le but de ces derniers est d’en savoir plus sur notre comportement en groupe, sur notre manière d’interagir avec les autres en situation à potentiels problèmes.
A l’issue de cette matinée, nous allons déjeuner tous ensemble.

Les résultats tombent à la fin du repas.
Sur 14 candidats, nous ne sommes que 3 à poursuivre la sélection l’après-midi.
Grand soulagement pour moi et regret de voir autant de personnes s’en aller. Certaines sont ajournées 6 mois, d’autres définitivement éliminées.
Pendant que les candidats non-retenus apprennent au fur et à mesure leur echec, nous decidons, un peu poussés par les recruteurs, de nous isoler plus bas, histoire de ne pas trop les gener.

L’après-midi est très “light” puisqu’il ne s’agit que d’un entretien individuel. L’atmosphère est plutôt détendue et il est surtout question d’en apprendre plus sur nous, nos loisirs, notre parcours et nos perspectives d'évolutions.

Une fois que tout le monde est passé, nous nous rendons au “bar” du manoir où je retrouve Jeremy et Yannick, deux cadets CTC français en fin de formation.

Je passerai les détails de la fin de soirée. Retour à Paris par le premier avion en compagnie d’une des candidates françaises.
Apres une petite sieste matinale - le reveil à 4h30 etait assez dur - je consulte mes mails et apprends que je suis retenu pour passer la phase 4(test en simulateur) le 16 avril prochain.

--- Phase 4 ---
Cette fois-ci, j’ai decidé de faire l’aller-retour dans la journée à Southampton - il faut dire qu’ayant le concours EPL de l’ENAC le lendemain, je n’avais guère le choix -.
C’est une très longue journée qui s’annonce le matin de ce 16 avril 2009, aux alentours de 5h, lorsque je me réveille. Bien que convoqué à 10h45 locale Londres, mon avion atterrit à 08h30. J’attends 1h dans le terminal puis me rends à Nursling où j’attends encore une bonne demi heure l’arrivée des deux autres candidats qui passeront avec moi.
Nous faisons connaissance et l’examinateur arrive.
Commence alors un briefing d’une petite heure au pieds des simulateurs A320 et B737. On se presente à nouveau puis il nous explique ce qu’il attend de nous tout en nous présentant la planche de bord du 737-400.
Nous nous sommes mis d’accord sur l'ordre de passage et ayant un avion le soir à 19h00, je me propose d'être le dernier. Après tout, attendre avant ou après ne change pas grand chose.
Le repas est gratuit et j’en profite pour discuter avec Cassie, autre candidate, pendant que le troisième passe en simu'. On sent bien le stress qui monte mais je me propose de répondre aux éventuels questions qu’elle pourrait se poser, n’ayant que très peu d’expérience de vol. Quelques coups de crayon plus tard, je lui souhaite bonne chance et c’est elle qui est conduite au simulateur.
La tension monte d’autant plus que je me retrouve maintenant tout seul à cogiter.

Aux alentours de 14h40, on vient me chercher. A mon tour. Reduction de l’assiette de montée à 10 degrés et à moi les commandes. Virages à gauche puis à droite, à différentes inclinaisons, montées, descentes, approche ILS, le tout parsemé de petites questions sur mon parcours mais aussi de calcul mental (13x13 ou mon âge en mois).

Un peu moins d’une heure plus tard, je reprends un taxi vers l’aeroport. La réponse devrait tomber soit en fin d’après-midi soit le lendemain. 18h, toujours rien et je tombe en panne de batterie: quelle angoisse !

J’arrive chez moi vers 22h30 et écoute mes messages. Mince ! Ils ont mes resultats et ont essayé de m’appeler vers 18h30. Je n’aurai ma reponse que le lendemain matin ... et dire que je passerai l’ENAC à ce moment là !
Pendant ce temps, Cassie m’a envoyé un mail pour me dire qu’elle est prise. Congrats !

Le lendemain, 17 avril, j’ai un peu de mal à me concentrer sur mon sujet de maths, déjà que je n’y comprends pas grand chose...
Vers 11h, je sors de la salle et rallume mon téléphone... pas d’appel mais un nouveau mail ... de CTC.
Je l’ouvre et à mon immense bonheur, j’apprends que j’ai enfin réussi l’ensemble de la séléction CTC Wings Cadet.

---

Voilà où j’en suis aujourd’hui. J’ai entre temps appelé Julie de CTC pour convenir d’une date de debut de formation.

Pour moi, ça devrait être bon pour début septembre, promo CP77, avec 9,000GBP de plus à avancer... premier coup dur.

---

Je profite également de cet article pour adresser un grand merci à Jérémy et Yannick, deux cadets CTC français.
Leurs conseils et leur aide tout au long du processus de sélection m'ont été plus qu'utiles. Je crois que je vous dois une binouze les gars !



Repost 0
Published by Pierre - dans Avant le depart
commenter cet article

A Propos De Ce Blog

  • : La tête en l'air
  • La tête en l'air
  • : De la selection CTC Wings au cockpit d'un avion de ligne, suivez ici ma formation entre la Nouvelle-Zelande et l'Europe.
  • Contact

Profil

  • Pierre
  • Suivez ici ma formation de pilote de ligne entre la Nouvelle-Zelande et l'Europe via le programme Cadet CTC Wings.
  • Suivez ici ma formation de pilote de ligne entre la Nouvelle-Zelande et l'Europe via le programme Cadet CTC Wings.

Recherche

Archives